Sommaire

Grande chorale de la Coopérative de mai

Chœur d'adultes très rock !

La Grande Chorale de la Coopérative de Mai, c’est d’abord une belle histoire, un défi lancé en 2013 par la Coopérative de Mai : créer une grande chorale rock pour interpréter 15 titres qui ont marqué la scène de la Coopé en 15 ans de concerts, réaliser un album et se produire sur scène.

Plus de 60 choristes amateurs sont sélectionnés et sortent alors un premier album.

Et quel album! Un répertoire de titres superbement arrangés allant des Rita Mitsouko à Lou Reed en passant par Philippe Katerine, Bashung ou encore Patti Smith. Depuis, la Grande chorale se produit à la Coopérative de Mai mais aussi à Europavox, au Stade Marcel-Michelin, au Printemps de Bourges…

Où et quand les voir ?

Église Saint-Didier – Saint-Dier-d’AuvergneOuvre un lien interne dans la fenêtre en cours
Vendredi 17 juin 2022 – 20 h

Collégiale Saint-Cerneuf - Billom Ouvre un lien interne dans la fenêtre en cours
Samedi 25 juin 2022 – 20h 

Meïkhâneh

Chants et instruments de Mongolie et de Perse

Les voix, lumineuses et envoûtantes, portent la puissance des chants d’Europe de l’Est, les mélodies des steppes et des grands espaces montagneux de la Mongolie. Les compositions de Meïkhâneh réussissent la délicate alchimie de musiques traditionnelles du monde et d’un imaginaire sans frontière.

On discerne les cordes voyageuses qui parcourent l'Asie et les terres chaudes de l’Andalousie ainsi que les rythmes ciselés des percussions qui puisent dans la tradition persane.

Maria Laurent (voix, luth tovshuur, banjo, flûte traversière), Johanni Curtet (chant de gorge, khöömii, guitare, luth dombra, vièle morin khuur, guimbardes) et Milad Pasta (voix, percussions zarb, daf, udu drum, riqq) nous convient à un voyage aussi insolite qu'irrésistible.

Meïkhâneh, c’est une ode à la liberté. Emprunté à la poésie persane, son nom signifie la « maison de l’ivresse ».

 

Venu de Tsengel, dernier village à l’ouest de la Mongolie, Batsükh Dorj fera l’honneur de sa participation exceptionnelle. Cette version inédite met à l’honneur le khöömii, le chant diphonique (chant de gorge) traditionnel de Mongolie inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO.

 

Où et quand les voir ?

Site archéologique – CorentOuvre un lien interne dans la fenêtre en cours
Samedi 18 juin 2022 – 20 h

LOUISE

Trio - Chants traditionnels du Massif central revisités

Leur répertoire est constitué de chansons qui dépeignent des morceaux de vies, des histoires d'amours, messages d'une époque et paroles universelles. La poésie sert de vecteur à l'appropriation imaginaire de chacun et chacune de ces portraits et récits.

LOUISE, ce sont trois filles qui chantent ensemble mais pas toujours la même chose !

En première partie de concert, sous la direction artistique de Louise, résonnent les voix de la chorale de l’école de Cunlhat et les instruments des élèves de l’école de musique d’Ambert dans la belle acoustique de l’église Saint-Martin.

 

Ce concert est le fruit d’un projet pédagogique mené durant l’année scolaire autour de textes d’Henri Pourrat arrangés par le trio Louise et par le musicien Clément Gibert en collaboration avec Cécile Breuil, directrice de l’école de musique d’Ambert. Cette action s’inscrit dans le cadre d’un projet d’éducation artistique et culturelle mené par la Communauté de communes d’Ambert Livradois-Forez en partenariat avec le Département du Puy-de-Dôme.

 

Où et quand les voir ?

Église Saint-Martin – CunlhatOuvre un lien interne dans la fenêtre en cours

Vendredi 1er juillet 2022 – 20 h

Phaos Consort

Musique Baroque - Musique mariale au fil des millénaires

Sextuor de musique de chambre, Phaos Consort pratique une musique profane et sacrée essentiellement issue de la période baroque.

Le groupe est formé de Christel Bosc (soprano), Francis Got (baryton), Dominique Daron (violon), Anne Manchon (flûte), Philippe Métais (violoncelle) et Jacqueline Vallin (clavecin).<s></s>

Le concert mettra en lumière des textes du Salve Regina (prière catholique dédiée à la vierge Marie), du Stabat Mater (hymne évoquant la souffrance), du Stella Splendens (chant en latin) et bien sûr de l’Ave Maria.

Ce programme sacré, allant du haut Moyen-Age à l’écriture improvisée contemporaine, a été spécialement élaboré pour «Voix & Patrimoines» autour du thème marial (vénération que les catholiques et les orthodoxes portent à Marie). En effet, dès l’époque médiévale, chaque village souhaitait obtenir «sa Vierge» pour qu’elle puisse resplendir au cœur des églises majeures ou des chapelles rurales.

 

« Les coulisses du concert à 19h »

Présentation du concert au travers de ses instruments, de ses voix, de ses compositeurs et du programme qui embrasse 1000 ans d’histoire de la musique.

Où et quand les voir ?

Église Notre-Dame – TauvesOuvre un lien interne dans la fenêtre en cours
Vendredi 8 juillet 2022 – 20 h 30

Église Saint-Martin – CourpièreOuvre un lien interne dans la fenêtre en cours
Samedi 9 juillet 2022 – 20 h 30

EMMA

Jazz

Le guitariste franco-suédois Paul Jarret s’inspire de l’immigration suédoise vers les États-Unis au XIXe siècle pour créer avec son quartet, un jazz composé de musiques scandinaves et de chants liturgiques.

Une version inédite du concert sera proposée pour le festival «Voix & Patrimoines» au travers d’un récit lu par la comédienne Mathilda Bernard du collectif clermontois Romy. Ces textes spécialement écrits pour ce concert accompagneront le répertoire de Paul Jarret, d’Hannah Tolf (voix), d’Éléonore Billy (nyckelharpa - instrument de musique traditionnel à cordes frottées) et d’Étienne Renard (contrebasse).

Où et quand les voir ?

Halle au Blé – MaringuesOuvre un lien interne dans la fenêtre en cours
Mercredi 13 juillet 2022 – 20 h 30

Obsidienne

Chants et musique du Moyen-Age et de la renaissance

L'ensemble Obsidienne, dirigé par Emmanuel Bonnardot, fonde son projet musical sur le répertoire médiéval et Renaissance.

Emmanuel Bonnardot (chant, rebec, viole, crwth, citole), Florence Jacquemart (chant, flûtes, cornemuses), Hélène Moreau (chant, psaltérion, organetto, percussions) et Camille Bonnardot (chant, vihuela, cornet) forment un quatuor particulièrement talentueux mêlant esprit de la musique de chambre et celui, très complice, d’une troupe itinérante.

Une connivence et une joie d’être et de jouer ensemble que les artistes partagent avec le public.

Le concert proposé s’intitule «Le Manuscrit de Bayeux, aux sources de la chanson populaire». Le Manuscrit ou Chansonnier de Bayeux est en effet considéré comme le premier livre de chansons populaires françaises. Il contient une centaine de chansons du XVIe siècle dont certaines sont encore chantées dans nos écoles. Des chansons régionales complètent le programme, offrant ainsi un dialogue entre le médiéval et nos cultures traditionnelles locales.

Où et quand les voir ?

Église Sainte-Croix – ChampeixOuvre un lien interne dans la fenêtre en cours
Samedi 16 juillet 2022 – 20 h 30

La Mossa

Quintet féminin - Chants polyphonies du monde

Lorsque la Mòssa, chante au rythme de ses tambours, les cinq sens se font voix, chacune dotée de leur forte personnalité mais indissociable des quatre autres. La magie de la Mòssa opère précisément ici.

Elles interprètent des mélodies venues d’Italie, du Limousin, de la Réunion, du Brésil ou d’Albanie. Le quintet s’approprie aussi certains chants destinés aux hommes en y trouvant d’autres nuances, d’autres interprétations.

La Mòssa, en napolitain, c’est le roulement du bassin avec le coup de hanche final inventé par la danseuse Maria Sarti dite Nini Tirabusciò à la fin du XIXe siècle. C’est aussi l’allégorie d’une femme curieuse qui parcourt le monde au gré du vent et des rencontres. Elle hume, regarde, écoute, touche et goûte à la diversité des cultures qui s’offrent à elle comme une ode sans cesse renouvelée à la vie.

La Mòssa, c’est donc le nom de groupe qu’ont choisi Emmanuelle Ader, Sara Giommetti, Gabrielle Gonin, Aude Marchand et Lilia Ruocco.

Véritable ode à la féminité, ce concert intègre la programmation du festival Pluri’elles

Où et quand les voir ?

Théâtre de l’ancien Casino des Thermes – La BourbouleOuvre un lien interne dans la fenêtre en cours
Samedi 23 juillet 2022 – 20 h 30

Église Saint-Bonnet – ChastreixOuvre un lien interne dans la fenêtre en cours
Dimanche 24 juillet 2022 – 18 h
Concert en acoustique

Encuentro de tango

Tango traditionnel revisité

Les plus beaux projets naissent souvent de rencontres inattendues. L’osmose artistique conçue entre Sandra Rumolino, Alejandro Schwarz et Carlos «el tero» Buschini a été aussi irrésistible qu’imprévisible au point que le trio a décidé de se nommer tout simplement : «rencontre de tango». Comme une évidence!

L’espagnol, c’est la langue du tango. Une langue parlée dans le monde entier tout comme l’est le langage du tango par ses voix, sa musique et son expression corporelle. Chacun est à l’écoute de l’autre ; chacun se répond en apportant son univers personnel.

Cette «encuentro de tango» réunit Sandra Rumolino dont la voix est, à elle-seule, une émotion pure. Née à Buenos Aires, elle se passionne pour le répertoire populaire argentin où elle mêle chant, théâtre et danse. Depuis 1997, elle chante au sein du Grand Orchestre de Tango de Juan José Mosalini. L’argentin Alejandro Schwarz est un guitariste et compositeur formé au sein de la Escuela de Musica Popular de Avellaneda (Buenos Aires). Passionné par le passé du tango, il ne cesse d’imaginer le devenir de cette musique vivante. Le bassiste et compositeur argentin Carlos Buschini, installé en Italie depuis 1989, est devenu une référence de la scène européenne en multipliant les collaborations prestigieuses jusqu’au pays du soleil levant.

Direction générale de l'Aménagement et du Territoire

Article mis à jour le 05 mai 2022